Nouveauté DJI : le Mavic Air 2

Crise ou pas, DJI poursuit inlassablement le renouvellement de sa gamme de drones ultra-portables : la série Mavic. Après le Mavic 2 en septembre 2018, puis le Mavic Mini en novembre 2019 pour remplacer le Spark, c’est au tour du Mavic Air de connaître une bonne cure de jouvence avec le Mavic Air 2. Alors, est ce simplement l’excécution du plan marketing de DJI ou voit-on de vraies avancées sur ce nouveau drone ?

Plus qu’un relifting, un tout nouveau drone !

Dès la prise en main, ce drone est des plus séduisants. Et pour cause, DJI ne s’est pas contenté d’un relifting, le Mavic Air 2 présente de nombreuses avancés significatives pour gommer les principaux défauts de son prédécesseur, le Mavic Air. L’autonomie en vol tout d’abord est presque doublée. Avec 34 minutes annoncées dans des conditions optimisées, on peut largement compter sur 25 vraies minutes de vol en conditions standards et en se laissant une marge de sécurité raisonnable. C’est remarquable et franchement cela est suffisant pour vraiment se faire plaisir.

Son format (poids) intermédiaire autorise des une motorisation plus silencieuses que le Mavic 2, et des hélices profilées plus agréables que le Mavic Mini. Un son assez léger et très peu agressif pour en faire, à mon sens, le drone le plus discret de la gamme Mavic.

En embarquant désormais la liaison radio Occusync, le retour vidéo gagne en qualité (retour en full HD) ainsi qu’en robustesse, le signal passe plus facilement à travers les obstacles simples… Et la portée du drone s’envole pour afficher les 10 kilomètres, données constructeur… On se satisfera de 1 à 2 kilomètres, là où la législation le permet…. !

Le Mavic Air 2 prend un peu d’embonpoint pour afficher 560 grammes. On se situe à mi chemin entre le Mavic Mini (249 grammes) et le Mavic 2 pro (907 grammes). Pour se différencier du Mini, des capteurs d’obstacle à l’arrière font leur retour et une LED sous le ventre de l’appareil permet un atterrissage en sécurité dans la pénombre.
Mais c’est avant tout la caméra qui est améliorée. La 4K 60 fps fait son apparition (une première pour les Mavic) et en photo on retrouve le format Raw et la possibilité de faire une photo en 48 méga pixels en s’appuyant sur la technologie Quad Bayer du capteur. Cette technologie dévoile ses meilleurs résultats en format RAW, donnant des fichiers de très grande taille. Ceci dit, toujours grace à cette technologie Quad Bayer, les images de définition de 12 méga pixels comportent moins de bruit et tolèrent mieux l’absence de lumière. Les images, sans atteindre la qualité d’un Mavic 2 Pro sont sensiblement au dessus du Mavic Mini…

Le capteur est de taille 1/2.0 pouces. L’angle de vue correspond à un 24 mm. Une focale que j’apprécie particulièrement car elle renforce le sentiment d’immersion : bien joué, j’adore, en vidéo notamment pour passer entre les obstacles, sensations garanties !!!

Fini les couleurs fades du Mavic pro 1, ou celles un peu trop dures à mon gout du Mavic Air 1er du nom. La gestion de la colorimétrie est bien dosée, même si on peut s’étonner de l’absence de balance des blancs pour un appareil à ce prix.

En vidéo, la 4K est très fluide, même avec une vitesse de déplacement significative. Peu de scintillements, les saccades sont aussi très réduites, même si sur des images très contrastées on pêche un peu dans les ombres. La plage dynamique n’est pas celle d’un mavic 2 pro. Notons également les nouveaux algorythme de suivi des sujets (Active track 3.0) qui marquent une nouvelle avancée qualitative dans la reconnaissance des trajectoires et le suivi des sujets en mouvement. L’accès à cette fonctionnalité est d’ailleurs facilité, les aides au pilotage de pointe sont désormais un champ de bataille ouvert à la concurrence et la marque chinoise a bien senti la nécessité d’évoluer sur le sujet. Un très beau résultat en mode automatique, une vraie réussite.

Un drone très aboutit, mais  DJI maîtrise sa gamme !

Bref, le bilan de la première prise en main de ce drone est des plus élogieux marquant une vraie avancée par rapport à son prédécesseur. Le drone est très agréable, plus petit et léger que le Mavic pro 2, techniquement plus avancé que le Mavic Mini, il s’intercale au millimètre dans la stratégie de prix du fabriquant chinois, à 1049 € pour le pack combo, là encore à mi-distance entre les 499 € qu pack Mavic Mini et le Mavic 2 pro à plus de 1800 €. Si pour un usage « courant » le Mavic Air 2 offre déjà une très solide base de travail et de qualité, certaines fonctions ou performances techniques restent l’apanage du seul Mavic 2 pro, navire amiral de la flotte… Il en va ainsi du diaphragme mécanique uniquement disponible sur le Mavic 2 pro. Le capteur 1 pouce du M2P conserve une qualité de restitution des couleurs bien meilleure en particulier en faible luminosité (crépuscule ou aube…). Le M2P dispose aussi de capteurs latéraux et sommitaux non disponibles sur le MA2, augmentant le risque de collision notamment en mode de tracking. Le Mavic Air 2 vient illuminer de fort belle manière la seconde génération de Mavic dont la gamme se décline en 3 niveaux. Le Mavic Air 2 est un superbe drone de milieu de gamme. Presque irréprochable à cette place, sans pour autant effacer totalement le Mavic 2 Pro dont on attend désormais la 3ème génération !

>> en savoir plus sur le site de DJI

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*