Mavic Mini : première vidéo

Pour tout dire, j’étais un peu sur la défensive quant à la qualité vidéo du Mavic Mini. Echaudé par le Spark que je jugeais très mauvais tant du point de vue des qualités de vol (portée lamentable, endurance réduite, compacité pas à la hauteur de la promesse…) que du niveau photo et vidéo proposé par le petit poucet de la gamme DJI. Déçu aussi par le Mavic Air qui, si il avait la bonne idée de se replier, lui, me laisser sur la faim au niveau de la robustesse de la liaison drone-radiocommande. Surtout le Air ne me plaisait pas au niveau photo et vidéo. Difficile à dire, mais peut être son rendu colorimétrique que je trouvais un peu dure, un peu froid ou plutôt un peu sec. Bref, avec un drone encore plus léger et surtout moins onéreux, j’étais sur mes gardes…

Dès le premier vol, je suis surpris par la restitution des couleurs. Bien sûr, par rapport à un Mavic 2, le Mavic Mini n’offre pas la possibilité de filmer en D-Log. Les possibilités de retravailler la colorimétrie pour étalonner les images avec d’autres rushs seront donc très restreintes, mais la vidéo livrée est de très belle qualité, le rendu des couleurs est bien meilleur qu’avec les Spark, Mavic Air ou encore Mavic pro (1er du nom). C’est très réjouissant il faut le dire !

Un sentiment qui se confirme dès la seconde sortie où je place délibérément le drone dans des conditions difficiles tant au niveau du vol (vent, températures froides aux alentours de -5°C après une heure de marche) qu’au niveau de la lumière, puisque je fais un montage où la plupart des images sont faites soleil couché. Pour un drone à 400 euros, le résultat est juste bluffant.

Cerise sur le gâteau, je trouve que le drone a un piqué remarquable pour un appareil de cette taille : l’objectif et sans doute aussi les algorithmes de traitement de l’image internes au drone privilégient nettement le premier plan. C’est vraiment visible sur la vidéo même après la compression youtube, par exemple à partir de 40 secondes ou à 2 minutes sur la vidéo. La contrepartie est une perte de qualité -disons une petite sensation de bouillie de pixels- pour les paysages lointains, même en l’absence de premier plan. Voir par exemple la montagne au second plan à 1’34. Mais on ne peut pas tout avoir…

De fait, pour la plupart des usages, on en oublie très vite l’absence de 4K (le Mavic Mini propose le Full HD en 25, 30 et 60 fps et la 2,7K en 25 fps). Seuls les plus exigeants en terme de définition ou ceux qui ne jurent que par le crop en resteront pour leur frais. Mais pour une sortie sur youtube, la plupart du temps en FHD, le Mavic Mini laissera la marge de manoeuvre nécessaire au recadrage ou au crop de la grande majorité des utilisateurs.

Reste que le résultat est surprenant : le drone le plus léger de la gamme DJI se place très haut en terme de qualité vidéo, particulièrement lorsqu’il s’agit de filmer un premier plan.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*