L’attaque du drone

Des oiseaux avaient déjà essayé de m’impressionner. C’était des goélands, au Portugal en particulier et une autre fois près de Toulon. Les goélands n’hésitent pas à menacer les intrus qui s’approchent un peu trop de leur nid en particulier lors de la période où les petits sont au nid. Cela se traduit par une attaque en règle : l’oiseau fonce sur le drone et se détourne au tout dernier moment. Sans toucher au drone, ils n’hésitent toutefois pas à faire leurs déjections sur l’intrus… Après quelques passages on comprend que ce n’est pas une erreur de navigation ou une simple incontinence !

Les hirondelles ont également un comportement menaçant en tournoyant de manière erratique autour du drone. Sans jamais le toucher toutefois.

Ainsi jamais aucun oiseau ne m’était jusqu’ici rentré dedans…

Quelle ne fut pas ma surprise ce jour de décembre. Je faisais tranquillement des photos pour préparer une compétition de ski lorsque tout à coup mon retour vidéo s’affole totalement. La caméra me montre le sol puis le coté opposé puis le ciel, le tout en une fraction de seconde. Je lève les yeux en direction du drone ne comprenant pas ce qu’il se passe puisque quelques secondes auparavant j’avais pris soin de vérifier qu’aucun parapente ne volaient dans le secteur. Je repère de suite le drone en l’air mais ne trouve ni trace d’hélico, ni de parapente, ni de tout autre aéronef susceptible de m’avoir heurté. Bon, le drone vole toujours, je reprends mes esprits et réoriente le drone pour cadrer la photo dont j’ai besoin quand la gimbale s’affole de nouveau. Cette fois ci, j’ai le temps de voir ce qu’il se passe : un rapace s’attaque à mon drone !!!

Pas grand chose à faire pendant ces 2 ou 3 secondes où le drone se fait malmener dans tous les sens. J’espère juste que le drone ne tombe pas comme une pierre ou ne soit pas emmener dans le nid de la bête qui doit approcher les 80  cm d’envergure. Cette seconde attaque terminée, je vois apparaître le pied avant gauche de l’appareil dans le champ de vision. Je suspecte alors que la nacelle est abîmée. J’essaie de l’orienter vers le haut puis le bas pour essayer de retrouver un horizon normal mais tout tremble, rien n’est normal. Par hasard, je me dis que si l’oiseau a attaqué une seconde fois, il reviendra peut être une troisième et je met donc machinalement en route l’enregistrement vidéo, au cas où… Il ne faut pas attendre bien longtemps pour subir une troisième attaque du rapace. C’est la vidéo ci dessous….

Après cela, ramène le drone dard-dard au sol. Je suis convaincu que la nacelle est sérieusement touchée mais le drone à l’air de voler parfaitement. En fait, c’est assez différent. La gimbale est intacte mais 3 hélices ont été abîmées (dont 2 cassées à mi hauteur) ce qui entraîne les importantes vibrations et le déséquilibre marqué du drone, visible sur la vidéo.

Je me dit que si j’avais eu le Mavic Mini à ce moment là, je ne l’aurait sans doute pas revu…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*