Drone Mavic 2 : premières impressions…

C’est Noël avant l’heure : j’ai reçu le Mavic 2 !
Juste le temps (compter 2 bonnes heures…) de charger les batteries, mettre à jour DJI GO4 et d’installer la dernière version du firmware, et je pars en Chartreuse tester le nouveau drone annoncé comme ) la « nouvelle référence photo des drones ultra portables« .  

Radiocommande :
la même en mieux !

Habitué au Phantom puis au Mavic Pro, les repères sont les mêmes. DJI a eu la bonne idée de garder le format de radiocommande de la première génération du Mavic et Mavic Air. On apprécie aussi les sticks dévissables qui permettent un gain de place significatif et d’éviter de forcer sur les sticks lors du transport dans un sac à dos déjà bien compressé…
Les bras sont plus larges que sur la RC du Mavic Air : le Crystalsky 5.5 pourra donc être placé là. 

Les sticks de la radiocommande sont dévissables, ils se rangent dans les bras de la RC.

Un nouveau bouton sur le coté droit permet de choisir le mode de pilotage : S-Sport (déplacement rapide), P- le mode normal et T pour le mode Tripode (déplacement lents).

Premières impression en vol :
un drone plus puissant !

On s’en rend compte au premier décollage : le Mavic 2 est plus puissant que l’opus 1. Moins bruyant que le Mavic Pro, mais peut être un poil plus sonore que le platinum, ce qui impressionne surtout c’est la réactivité et la célérité du Mavic 2. On passe de 10 m/s à 14 m/s en mode P soit 40% d’augmentation ! Un vrai atout en photo de paysage car on se déplace beaucoup plus rapidement entre les différentes zones de prise de vue. Une arme redoutable aussi contre le vent, fréquent en montagne par exemple.
Avec une durée de vol de 25 minutes environ en gardant une marge de 20% sur la jauge batterie, j’ai parcouru 18 kilomètres.

Le fabriquant annonce une portée de 8 kilomètres. Largement trop pour rester en sécurité : la réglementation en France impose de garder son drone en vue (800 mètres environ dans les conditions optimales). Le plus important à mon sens est de toujours avoir une vision large et exhaustive sur l’environnement aérien du drone de manière à anticiper la survenu d’autres aéronefs toujours très fréquents en montagne. N’oubliez pas que certains volent sous les 150 mètres de hauteur (hélicos de secours en montagne par exemple) et d’autres ne font pas de bruit (parapentes…). Bref une portée largement au delà du raisonnable. La version 2 de l’Ocusync (protocole de liaison entre la RC et le drone) permet une meilleure définition des vidéos transmises en direct (Full HD contre HD avec Ocusync 1) et surtout la liaison est encore plus robuste. La différence est nette lorsqu’on place le drone à l’arrière d’une zone végétale par exemple.

Toujours plus de capteurs, pour la stabilité et la sécurité

Contrairement à l’Anafi de Parrot, DJI ne fait pas l’impasse sur les capteurs. Au contraire, pour la première fois chez le fabricant chinois, il y en a sur toutes les faces du drone (6D pour 6 dimensions). Outre la sécurité accrue permise par la détection des obstacles dans ces 6 directions, l’augmentation du nombre de capteurs permet aussi une meilleure stabilisation du drone par rapport au sol. Lorsque l’on filme en volant à direction constante, la différence qualitative avec l’Anafi est flagrante !

Les capteurs sommitaux, arrières et latéraux du Mavic 2. 

Les premières images très très vite !

Premier bilan

Bien qu’un peu plus lourd et à peine plus long en taille (1 cm de plus), le Mavic 2 est encore plus agréable à piloter que la première génération. Plus de puissance, je ne me rendais pas compte de l’intérêt de cette caractéristique face au vent en montagne. Avec les brises matinales par exemple, le Mavic 2 est beaucoup moins ralentis et parcours plus de terrain que le Mavic 1. Les nouveaux capteurs (dessus et sur les cotés) sont un plus pour la sécurité. Le capteur sommital est assez discret, et il ne faut pas oublier que les capteurs latéraux ne s’activent qu’en mode T (tripode) ou sur les POI.

1 Rétrolien / Ping

  1. Mavic 2 : premières photos | Drone Focus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*